GENÈSE ET HISTORIQUE

DES MESURES ÉDUCATIVES PLUTÔT QUE RÉPRESSIVES

Dans les années 1990, à la suite de nombreuses controverses concernant l’Eglise de Scientologie et surtout après la tragédie de l’Ordre du Temple solaire (1994, 1995 et 1997), les pays européens et le Conseil de l’Europe cherchent à définir une « politique des sectes ». En Suisse, plusieurs rapports d’experts sont publiés. Tous recommandent d’adopter une approche éducative plutôt que des mesures répressives. Les discussions politiques menées en Suisse romande conduisent, à la fin de l’année 2001, à la création du Centre intercantonal d’information sur les croyances qui sera financé par les cantons de Genève, Vaud, Valais et Tessin et dont la mission attribuée est l’information et la prévention. Au cours de ses 18 années d’existence, le centre a notamment répondu à plus de 6’700 demandes, documenté 750 groupes religieux et élaboré 200 dossiers thématiques.

Pour une présentation détaillée des différentes étapes qui ont mené à la création du CIC, consultez le PDF « Genèse du CIC ».

Pour une présentation détaillée des dix premières années du CIC, consultez le PDF
« Historique du CIC ».

MUTATION DU PAYSAGE RELIGIEUX 

Aujourd’hui, le contexte religieux et politique n’est plus le même, les besoins ont évolué par rapport à ceux qui ont expliqué la naissance du CIC dans les années 1990. Bien que l’inquiétude vis-à-vis des « dérives sectaires » soit toujours palpable au niveau social et politique, le CIC 2.0 a aujourd’hui pour objectif de répondre aux nouveaux enjeux soulevés par la diversité en Suisse. Il opère comme un centre de compétences répondant aux difficultés de la cohésion sociale et du vivre-ensemble.