LES COLLABORATRICES

 

Brigitte Knobel

Depuis août 2007, Brigitte Knobel occupe le poste de directrice du Centre intercantonal d’information sur les croyances. Diplômée de l’Ecole d’études sociales et pédagogiques de Lausanne, elle est également licenciée en sociologie de l’Université de Lausanne. Après avoir travaillé durant dix ans au sein du Service social de Lausanne (SSL), elle a rejoint le CIC en 2002, à son ouverture. Brigitte Knobel a notamment participé à une recherche sur la diversité religieuse dans les prisons suisses (PNR 58). Elle a signé plusieurs articles, dont « L’information sur les mouvements religieux controversés dans le contexte suisse de neutralité confessionnelle »(in Quelles régulations pour les nouveaux mouvements religieux et les dérives sectaires dans l’Union européenne ?, dir. N. Luca, PUF, 2011) et « Switzerland and Religious Minorities:legal, Political and Educational Responses » (in State Rsponses to Minority Religions, Ashgate Publishers, 2013).

 

Camille Gonzales

Camille Gonzales est titulaire d’un master en histoire des religions obtenu à l’Université de Genève en 2012. Ses recherches ont en particulier porté sur les enjeux et défis liés à la diversité religieuse dans les écoles publiques genevoises. Elle a rejoint le CIC en août 2014 après y avoir effectué différents mandats dont une collaboration d’une année et demie au projet de cartographie de la diversité religieuse genevoise (2012 – 2013). Au printemps 2014, elle a également été mandatée au sein du CIC par l’Etat de Genève pour dresser un inventaire des relations liant actuellement l’Etat, les communes et les établissements paraétatiques de Genève aux communautés religieuses du canton ou à leurs membres (étude réalisée pour le groupe de travail sur la laïcité, chargé d’étudier la mise en oeuvre de l’article 3 de la nouvelle Constitution genevoise).

 

Géraldine Casutt

Après un Bachelor en philosophie à l’Université de Fribourg (CH), Géraldine Casutt a terminé un Master en « sciences des sociétés, cultures et religions » avec une  spécialisation en science des religions. Elle s’est particulièrement intéressée à la question de l’islam en Europe, mais aussi aux discours portant sur la fin du monde. De 2012 à août 2016, elle a été assistante à la chaire de science des religions de l’Université de Fribourg, où elle a notamment entrepris une thèse en cotutelle avec l’EHESS (Paris) portant sur la question du jihad féminin. Dans ce travail de doctorat toujours en cours, elle s’intéresse notamment de près aux parcours de radicalisation de personnes occidentales, et elle travaille également de façon étroite avec des parents concernés par le départ de leurs enfants en Syrie, plus particulièrement dans un contexte francophone. Elle donne régulièrement des formations continues en Suisse romande en collaboration avec le Centre Suisse Islam et Société (CSIS) sur le thème de la radicalisation, mais aussi en France, où elle traite plus spécifiquement de l’aspect féminin dans le jihadisme, en collaboration avec l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). En automne 2016, elle rejoint le CIC pour compléter le pôle de compétences sur les questions liées à la radicalisation.