Un drame comme l’Ordre du Temple solaire (OTS) peut-il se reproduire ?

Des études ont montré que tout groupe religieux peut dysfonctionner, surtout lorsqu’il s’isole, qu’il professe une doctrine apocalyptique, qu’il est dirigé par une personnalité autoritaire et que son pouvoir est contesté par certaines personnes du groupe ou de l’extérieur. Ceci dit, les organisations religieuses qui connaissent des dérives mortelles comme celles de l’Ordre du Temple solaire sont heureusement rares. Elles restent cependant dans les mémoires. On se rappelle des 913 membres de la communauté du Temple du Peuple qui périrent en 1978 à Jonestown en Guyane ou encore les attentats au gaz sarin commis en 1994 et 1995 au Japon par le groupe Aum qui provoqua 19 morts. Inversement le nombre de personnes persécutées et assassinées en raison de leur appartenance religieuse est bien supérieur. C’est le cas des Baha’is en Iran ou des disciples du Falun Gong en Chine.