BUTS ET MISSION

 

INFORMATION ET PRÉVENTION

La mission d’information et de prévention attribuée au CIC par les autorités genevoises, vaudoises, valaisannes et tessinoises, répond aux recommandations du Conseil fédéral invitant les autorités cantonales à développer des centres d’information (Réponse du Conseil fédéral au CdG-CN, 2000, p. 7), mais également à la Recommandation 1412 (1999) du Conseil de l’Europe qui préconisait aussi la création de centres diffusant une information fiable sur les mouvements religieux. En effet, dans un Etat comme la Suisse qui garantit la liberté de croyance (article 15 de la Constitution fédérale) et qui connaît une augmentation de la diversité religieuse, les autorités ont jugé qu’il était indispensable que les citoyens aient accès à une information neutre et indépendante sur les offres religieuses disponibles sur le marché du religieux.

Plus concrètement, l’information fournie par le CIC remplit différents objectifs:

  • elle revêt un caractère préventif en cas de doute ou d’incompréhension sur les pratiques et le fonctionnement d’un groupe ou d’une organisation.
  • elle sert à maintenir le dialogue entre les proches et la personne engagée dans un groupe.
  • elle permet à des services de l’Etat ainsi qu’à des organismes privés de prendre des décisions fondées et conformes à la loi.
  • elle améliore la connaissance des minorités religieuses établies en Suisse.
  • elle contribue à la compréhension d’un univers religieux en pleine mutation.

Pour mener à bien sa mission d’information et de prévention, le CIC base son approche sur deux principes:

  • La capacité de « vivre ensemble » dans un contexte multiculturel ne vient pas de manière intuitive. Elle s’acquiert par des connaissances et un apprentissage.
  • Tout groupe religieux peut dysfonctionner un jour ou l’autre. A l’inverse, les mouvements communément appelés « sectes » ne connaissent pas nécessairement des dérives.

 

DOMAINES D’ACTIVITÉ

  • Les nouvelles spiritualités comme le New Age, le néo-salafisme, le néo-druidisme.
  • Les communautés de migrants comme les hindous, les mosquées, les orthodoxes.
  • Les minorités religieuses comme les alévis, les témoins de Jéhovah, l’Eglise des Saints des Derniers jours (Mormons).
  • Les thérapies spirituelles comme les guérisseurs, les médiums, les chamans.
  • Les pratiques religieuses comme la conversion, le port de signes religieux, l’investissement spirituel.
  • Les dérives et dysfonctionnements comme la maltraitance, la valorisation du statut de martyr, l’homophobie, le rejet de la diversité culturelle, l’exercice illégal de la médecine.
  • Les politiques et législations relatives aux communautés religieuses comme les critères d’exonération fiscale, les dispenses pour motif religieux, la diffusion des croyances dans l’espace public.